Barthélémy Pedotti
passe en couleur


Les couleurs, repères

Les mélanges montrent que parmi les couleurs se distinguent trois primaires, ce qui a donné à certains l'idée de mettre bon ordre dans tout ça

 

Par ex. le diagramme de chromaticité: la courbe du bleu au rouge représente les couleurs pures - chaque point de la courbe correspondant à une lumière d'une seule longueur d'onde; en bas la droite des pourpres, mélange virtuel des extrêmes. Les couleurs sombres ne sont pas représentées.


Revenons à nos 3 primaires (voir Les mélanges); nous sommes sur écran, nous considèrerons donc le mélange RVB (RGB) Rouge, Vert, Bleu.
Leur mélange 2 à 2 donne les couleurs secondaires, un nouveau mélange entre voisines donne les couleurs tertiaires et le mélange de chacune avec le noir et le blanc donne ...une palette!


Dont voici un exemple; les valeurs du Rouge, Vert et Bleu varient de 0 à 255 et pour établir la palette il pourrait suffire de les faire varier régulièrement mais plusieurs problèmes se posent, il faut donc ruser, comme pour ce cercle chromatique, pour égaliser les luminosités.


Exemple avec une variation régulière; les primaires ont des dégradés plus sombres, les secondaires plus clairs.



La sphère des couleurs est aussi une manière commode d'organiser les couleurs; découpée aussi en 12 secteurs (couleurs primaires + secondaires + tertiaires), les couleurs pures (saturées) sur le grand diamètre, clairs et sombres aux pôles. les cercles à droite et à gauche montrent des "tranches".

On peut ainsi parcourir ces cercles (courbes noires à droite) et obtenir des dégradés comme ici, des teintes chaudes aux teintes froides.

Pour les écrans, chaque pixel est constitué de trois lumières R, V et B*, allumées pleinement ou réduites jusqu'au noir sur 256 degrés: 0 = éteinte, 255 = allumée à pleine puissance. Ceci donne une palette de 16.777.216 nuances (dite "sur 24 bits") suffisante pour un rendu photographique - d'autant que nous n'en distinguons que 3 à quatre fois moins.
C'est cependant nécessaire, même si seules nos photos de plus de 4000 par 4000 pixels peuvent réunir toutes ces couleurs (pour avoir au moins 1 pixel par nuance), car, par exemple, les dégradés exigent de nombreuses teintes pour être "lissés".

La première image, l'originale, contient 68254 couleurs, l'image contrastée (une forme de contraction des dégradés) en contient 13832, 5 fois moins (sur 390000 pixels pour chaque image de 1000x390); ce compte vaut pour les images originales et non pour les illustrations de cette page.

* En fait la pluparts des pixels sont composés de 4 lumières dont 2 vertes car de nombreuses nuances se trouvent dans cette zone; voir Le spectre des couleurs

il est grand temps de résumer les trois paramètres qui caractérisent une couleur:
  la Teinte ou couleur en soi (jaune, vert, etc.)
  la Saturation ou pureté de la couleur
  la Luminosité, vers le noir ou le blanc
En haut un outil classique pour faire varier les paramètres, avec à gauche le grand carré pour la luminosité et la saturation, au milieu un curseur "arc-en-ciel" pour la teinte (tant le réglage par les composantes est peu intuitif!).

Un autre outil, qui va à l'essentiel... Il est cependant possible de n'agir que sur 1 composante


Retour:
  • Haut de page
  •  

    Crédits:

  • infographie: Bathy PEDOTTI - Studio PiRAKI
  • webmaster: piraki@piraki.net

  • Pages en CSS (pas de javascript!) grâce à: meyerweb.com/eric/css/edge
    - un grand merci à Eric, aux "w3schools" et autres maîtres du CSS!