strip

Barthélémy Pedotti - Folie du feu

le four joue avec le long travail confié


Les fours

Le potier choisit son four selon l'argile utilisée, sa production et l'énergie disponible.

 

four

Hors des centres urbains le bois est facilement disponible (comme ci-dessus, des dosses de délignage), il permet d'atteindre 1400°C (s'il est sec et le four bien conçu!) et vous donne des émaux "sensibles et vivants"; c'est un choix évident pour qui accepte le surcroît de travail que cela implique. - Le four en cuisson; on atteint 800°C, l'ouverture des carneaux va être réduite, le bois s'enflamme à peine posé sur la grille du foyer.

four

Le four doit avoir un volume ramassé - proche du cube ou de la sphère et d'environ 1m³ pour un potier indépendant - pour que la chauffe soit uniforme; mais à ces températures les contraintes sont telles qu'il est nécessaire de le cercler comme un tonneau, ou même de lui faire une cage métallique. - Plan du four à voute chaînette - Vue de face

four

La voute chaînette (de la courbe obtenue en faisant pendre une chaîne) est une exception, sa très grande stabilité lui permet de se passer de tout ferraillage - Vue de profil

four

C'est un four à flamme renversée (elle monte sous la voute, redescend dans l'enfournement pour sortir par le carneaux de la cheminée, tout en bas), une technique classique pour égaliser les températures et profiter au mieux des gaz brûlants avant qu'ils ne s'échappent par la cheminée - Vue en plan

four
four

Le début de la construction de la voute sur sa forme; on détermine d'abord la séquence de briques plates et/ou couteaux qui suit au mieux la courbe.
Elles sont ensuite montées en couches croisées.
L'aménagement intérieur partitionne la zone des foyers/cendriers par 2 murettes qui vont aussi servir de support à la sole fixe, au-dessus du niveau du carneaux de la cheminée, bien visible au fond.
Toutes les briques intérieures sont en argile réfractaire haute température - réfractaire = qui résiste aux hautes températures, et non aux chocs thermiques comme on l'entend parfois.
La montée en température doit être progressive, l'eau de constitution, celle qui a servi à tourner et aux bains des émaux, l'humidité ambiante, doit sortir avant 100°C; puis c'est l'eau de composition, à 200°C; vers 570°C il y a l'inversion des quartz, un changement dans la disposition spatiale des molécules de silice, et enfin le palier de fin de cuisson qui aide à l'isothermie, à la maturation des différents émaux et au contrôle de l'oxydation/réduction - quand au refroidissement, avec ces quelques 5000 briques, il est toujours plus long que la patience du potier n'est grande.
- Cuisson: 8h à 12h, refroidissement: 48h

four

Le démontage du four (pour déménager, il a connu 3 versions principales) montre la puissance du feu dans la déformation des matériaux pourtant conçus pour...

four

Une autre vue. La cheminée au fond est doublée par des briques "ordinaires"

four

 

Les plans de Daniel Rhodes dont je me suis inspiré. Ces shémas de principe suffisent largement, il faut toujours adapter aux matériaux récupérés, achetés neufs ou non...

four

 

 

le combustible bois convient bien aux fours primitifs comme ici un four-talus dont on voit le foyer et le départ d'une chambre tout en longueur, suivant une pente douce pour le tirage - en haut de tranchée une cheminée rudimentaire termine le dispositif; on enfourne dans cette tranchée, par le dessus - d'après D. Rhodes

Retour:

Crédits:


Pages en CSS (pas de javascript!) grâce à: meyerweb.com/eric/css/edge
- un grand merci à Eric, aux "w3schools" et autres maîtres du CSS!